Berryz Kobo - Jingisukan

Publié le par Epikt


Attention !!!
Billet à haute valeur ajoutée pédagogique !!!



Il y a une petite semaine Comprendre m’offrait cette chanson pour mon anniversaire. Tout plein de joie dans mon corps et beaucoup d'émotion !!!
Bon, c’est vrai il s’agit des Berryz Kobo, pas des °C-ute comme il me le disait, mais c’est pas loin et j’avoue moins même ne pas toujours faire la différence entre ces deux formations du Hello!Project Kid, pas plus qu’entre les autres en fait. N’empêche, c’est trop chouette de les voir danser à la gloire de Gengis Khan dans leur petites tenues toutes jolies qui n’ont jamais mis les pieds dans la steppe.
Mais ce qui le plus rigolo, c’est que ce titre est un excellent exemple de la déclinaison à outrance des vidéos au sein du H!P, et je vais en profiter pour vous apprendre comment on tourne une idol-PV.

Premièrement, vous faites une série de prises de loin. Montées de façon isolée, vous appellerez ça « danse-shot version ». Traditionnellement un danse-shot n’est composé que d’un plan séquence ; pas celui-là, mais vous vous rendrez compte que ce sera l’occasion de sortir aussi une version danse-shot alternative !





Ensuite vous faites une série de prise de près sur chacune des filles. Assemblant ses différents plans vous obtenez ce qu’on appelle une « close-up version ». Si vous voulez vraiment exploiter le filon un max vous pouvez même faire des versions close-up pour chacune des chanteuses que vous refourguerez aux monomaniaques dans des éditions fan-club-limited.
(et il existe en effet sept autres versions de ce close-up, une pour chaque fille !)





Il est alors temps de monter le clip en tant que tel. Si vous êtes zélé vous pouvez faire des plans supplémentaires, mais personne ne vous en voudra si vous vous contentez simplement de mélanger les versions danse-shot et close-up.





Là, c’est le moment de montrer que vous êtes un véritable artiste, en proposant un concept novateur !
C’est une chanson sur Gengis Khan ? Faites donc un « special danse-shot » avec les filles dans une hutte mongole et ajoutez un peu de fantaisie dans votre plan fixe en leur faisant changer de fringues en court de route. Reste plus qu’à lui trouver un nom rigolo, pourquoi pas « Mongolian danse-shot », en faisant abstraction que dans pas mal de langues la frontière entre « mongol » et « mongolien » n’est pas épaisse et que la vidéo fait plus penser au second qu’au premier.




<edit du 5 octobre 2008>
Comme décidément plus rien ne vous arrête (définitivement pas le bon goût), un an après vous faîtes encore parler de vous en sortant un improbable « Tartar Mix », mélange sous LSD de votre vidéo et de celle du groupe qui 30 ans avant vous avait sorti la version originale. Et comme vous voulez marquer l'histoire de votre emprunte, dedans vous mettez tous les effets visuels et autre moutons que depuis que vous êtes dans le métier des directeurs artistiques pas trop suicidaires vous ont toujours refusé.





C’est tout pour aujourd’hui. La prochaine fois je vous expliquerai peut-être comment composer ce genre de chansons, car il y a des techniques voodoo pour s’assurer un bonus kitch+20 et kawai+30. Par exemple, faire une reprise d’un groupe allemand fondé pour l’Eurovision 79 et qui aurait mieux fait de rester dans l’oubli.


A toi de jouer !

Et oui ! maintenant toi aussi tu peux réaliser des vidéos débiles !
Reste plus qu’à convaincre tes copines, et n’oublie pas de m’envoyer la vidéo !

Publié dans stupid j-pop !!!

Commenter cet article

Michael 05/11/2008 14:36

Je sais pas quelle est la meilleure version, les allemands déguisés sautillant partout ou les ados japonaises moutonnées et surmaquillées avec grand sourire. Merci de m'avoir remis en tête cette version ;)

Alviss 29/06/2008 21:03

Les pauvres, ce clip, cette chanson et ces costumes craignent et leur nouveau clip est pire!
Je le redit ... Les pauvres !

Galen 22/04/2008 20:46

Arfff. Excellent la version originale allemande ;)

comprendre 05/04/2008 12:29

Les versions close-up sont parlantes : certaines des prisonnières volontaires prennent parfois conscience du ridicule intrinsèque de leur condition et leurs yeux, l'espace d'une seconde à peine, lancent des hurlements de détresse. Délicieux. Voilà un cadeau d'anniversaire rondement exploité même si je persiste à dire que ce sont les °C-ute, que ça saute aux yeux. Quoi ? :o) comprendre